Ibn Khaldûn, un des pères de la pédagogie !

Statue d'Ibn Khaldun à Tunis

Ibn Khaldoun (ابن خلدون)

Premier sociologue et critique historique, Abder-Rahman Ibn Khaldûn est né à Tunis le 27 mai 1332 dans une famille d’arabes andalous. Formé à la mosquée Zitouna, il occupe de hautes fonctions publiques à Grenade, Tlemcen, Annaba et Fès, enseigne au Caire, rencontre Tamerlan à Damas et devient Cadi malikite au Caire où il décède à 74 ans le 17 mars 1406. Éminent historien, géographe, économiste et penseur arabe, défini comme un génie, «astre solitaire de siècles obscurs», Ibn Khaldûn est considéré comme le fondateur de la sociologie et le père de la critique historique (1).

. . . ملكة التصرف بفتق اللسان بالمناظرة والمناورة و المحاورة في العلم”

Le développement des compétences est atteint par la discussion, L’apprentissage collectif et la résolution des conflits cognitifs par le co-apprentissage”

Il est moins connu pour ses travaux dans le domaine de l’éducation, pourtant certains de ses ouvrages n’ont rien à envier aux pédagogues des derniers siècles. Que l’on en juge (2) :

  • Les différences qui existent entre les modes dont on enseigne le Coran aux enfants pro- viennent des vues particulières de chaque peuple au sujet des fruits qui doivent résulter de cet enseignement.
  • Les objectifs de tout acte d’enseignement/apprentissage sont atteints par l’utilisation de supports didactiques et la concrétisation des notions scientifiques.
  • Le développement des compétences est atteint par la discussion, l’apprentissage collectif et la résolution des conflits cognitifs par le coapprentissage.
  • On trouve souvent dans nos littératures le terme de « méthode traditionnelle d’édu- cation à éviter ». Ceci est à l’origine d’une conception trop souvent erronée, que tout ce qui est ancien est dévalorisé et à rejeter.

Ces quelques extraits n’ont pour propos que d’initier le lecteur à la richesse de cet auteur. On y retrouve : la liaison entre la méthode pédagogique mise en place et les objectifs, la nécessité de supports de qualité et de la contextualisation des apprentissages, le caractère collaboratif de l’apprentissage … un regard perçant et … caustique sur l’innovation.
Ibn Khaldûn estime que l’ensemble du processus d’ensei-gnement/apprentissage doit se dérouler en trois étapes progressives, dont il prend soin de définir les objectifs et les moyens :

  • La première est une étape préparatoire. Elle a pour objectif de familiariser l’étudiant avec la discipline enseignée et de le préparer à en saisir les problèmes. À ce stade, on se contente donc de donner une vue d’ensemble de la discipline, en insistant sur les points principaux. Les explications doivent être simples et générales et tenir compte des aptitudes de l’étudiant à comprendre et à assimiler.
  • La deuxième étape est celle de l’approfondissement. On doit y «faire le tour» de la discipline en sortant des généralités. Les explications et les commentaires doivent être exhaustifs et tous les points de vue divergents seront exposés.
  • La troisième étape est celle de la consolidation et de la maîtrise. L’étude de la discipline est reprise in extenso mais en s’attaquant cette fois aux points les plus complexes et les plus obscurs.

Ibn Khaldûn insiste beaucoup sur le principe de progressivité. C’est une grande erreur, dit-il, que de commencer par les problèmes les plus abstrus, comme le font de nombreux enseignants qui ne tiennent aucun compte de l’état de préparation de l’étudiant. Une telle pratique est des plus néfastes : l’étudiant se fatigue rapidement et se décourage. Pire encore, croyant que les difficultés qu’il rencontre sont intrinsèques à la discipline qui lui est enseignée, il s’en détourne et l’abandonne.
Ibn Khaldûn compara aussi en son temps les façons d’étudier des étudiants Maghrébins (davantage compartimentées) et Asiatiques (plus mêlées, plus contextualisées dirons-nous … ).

Une bonne partie de son œuvre « Les prolégomènes » est accessible sur le Web.

(1) © UNESCO 1995- 2007 – ID: 31133

(2) Un premier pas pour découvrir nos racines

Publicités

A propos mlebrun2

Marcel Lebrun, docteur en Sciences, est actuellement professeur en technologies de l’éducation et conseiller pédagogique à l’Institut de Pédagogie universitaire et des Multimédias (IPM) de l’UCL (Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve, Belgique). En particulier, il accompagne les enseignants dans la mise en place de dispositifs techno-pédagogiques à valeur ajoutée pour l’apprentissage. Il est à l’origine de la plate-forme Claroline dont il assure la responsabilité pédagogique au sein de l’équipe de développement. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les rapports entre technologies et pédagogies.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Ibn Khaldûn, un des pères de la pédagogie !

  1. Ping : Twitted by Marsattac

  2. Ping : Twitted by emiliebouv

  3. Ping : Twitted by thfkes

  4. Simply desire to say your article is as astounding. The clarity in your post is just nice and i could assume you’re an expert on this subject. Fine with your permission allow me to grab your feed to keep updated with forthcoming post. Thanks a million and please continue the enjoyable work.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s